Les décadrages urbains d’Alain Berizzi

Alain Berizzi immortalise ses déambulations urbaines dans Niemand hat gesagt dass es bequem wird…(Personne n’a dit que ce serait confortable…) un (très beau) livre de photographies, prises à l’iPhone pour un rendu graphique et mélancolique, qui le ramène irrémédiablement vers les questionnements de l’enfance. 

Une fraise explosée sur le bitume d’un quai de Paris comme une invitation à l’inclinaison en préambule à l’introspection. C’est de cette rencontre fortuite opérée en 2014 qu’Alain Berizzi a commencé à « regarder ailleurs », forcément en « décalage » puis en « décadrage ».
Sept ans plus tard, cet ancien élève de l’École des Arts Décoratifs de Strasbourg publie aux éditions chicmedias un recueil de photographies réalisées à l’iPhone et découlant de ses déambulations urbaines entre la capitale, Strasbourg, Prague, Vienne… C’est d’ailleurs d’un graffiti ornant la ville autrichienne que provient le titre de ce premier ouvrage intitulé Niemand hat gesagt dass es bequem wird…(Personne n’a dit que ce serait confortable…) et qui se distingue par sa reliure japonaise.

Niemand Alain Berizzi

Il faut dire qu’Alain Berizzi aime les objets. Au point de les collectionner avec frénésie. Comme ces figurines qui renvoient à l’enfance, les tableaux et les beaux livres qui habitent son bureau au sein de Cup of Zi, agence strasbourgeoise spécialisée dans la stratégie de marques. « J’avais envie d’un objet qui soit agréable à regarder, qui offre un toucher particulier et qui permettre de découvrir ces images un peu comme moi je les ai rencontrées », dit-il au sujet du contenant.
Le contenu, lui, s’avère une quête ultime de traces « qui interrogent sur la valeur de la vie » au travers de la perte et de la disparition. Qu’il s’agisse d’objets égarés, allant du caleçon au super héros démembré en plastique, de fleurs fanées ou encore d’oiseaux en phase de décomposition, Alain Berizzi questionne l’éphémérité dans un rendu impeccablement graphique. Ses clichés, mis bout à bout, tendent à raconter « une histoire presque mélancolique. » De quoi faire resurgir sa créativité cachée dans les méandres de l’enfance. « Tout cela alimente ma projection créative actuellement », avoue-t-il. Justement, avec Niemand hat gesagt dass es bequem wird…, celle-ci se situe au beau fixe.


Niemand hat gesagt dass es bequem wird…d’Alain Berizzi (éd. chicmedias). Disponible en édition limitée de 50 exemplaires : livre numéroté, accompagné d’une photo inédite numérotée et signée – format 14,5 x 19,5 cm.
Alain Berizzi présentera son ouvrage à la Vitrine chicmedias (14 rue Sainte-Hélène à Strasbourg), le jeudi 23 septembre à partir de 18h.


Par Fabrice Voné